Mar

23

Bonjour à tous,

Que l’on soit débutant ou plongeur chevronné, on a tous besoin de savoir palmer sans gaspiller son énergie, son air, et à respecter au maximum son environnement. Le palmage doit ainsi s’adapter aux conditions d’exploration et de la mer. Voici pour chaque technique de palmage, les bases des mouvements à maîtriser. Comme toujours, cet article est une base pour discuter ensemble du palmage. Donc si vous n’êtes pas d’accord ou avez envie de rajouter des infos, laissez des commentaires.

1 – Le palmage « ciseaux » traditionnel

C’est la technique de base, celle que tout le monde apprend en découvrant la plongée. Les jambes se déplacent de bas en haut, en directions opposées. C’est la poussée de chaque palme qui assure la propulsion vers l’avant. C’est assez simple mais quelques règles sont importantes. Il faut trouver un bon équilibre dans l’eau et aligner son corps. Il est essentiel de bien étirer son corps (position horizontale) et les jambes (pieds inclus) doivent être bien étendus pour éviter toute résistance. La tête doit aussi rester bien alignée avec le corps.

Vidéo

Privilegiez des mouvements amples et lents

Le battement des jambes doit se faire beaucoup plus lentement que lorsque vous nagez le crawl, et que votre mouvement passe par plusieurs phases.
La première phase commence au niveau des hanches, légèrement en extension, et continue par les genoux, très légèrement fléchis (>45°). Enfin, les talons sont doucement tirés vers l’arrière.
Dans la seconde phase, la jambe est poussée vers le bas et suivie par un coup de pied. Misez sur l’amplitude du mouvement !
La troisième phase est caractérisée par la pause qui permet de profiter de la propulsion donnée afin de glisser à travers l’eau. Pour utiliser pleinement l’impulsion donnée, la tête, le corps, les hanches et les jambes doivent rester bien alignés. Ensuite le cycle se répète.

Vidéo

Le palmage ciseaux est le plus utilisé mais les déplacements verticaux de l’eau peuvent remuer les sédiments ou le sable et diminuer ainsi la visibilité. Dans certaines situations, il est alors préférable d’opter pour le palmage « grenouille ».

Palmage ciseau

2 – Le palmage « grenouille »

Le palmage «grenouille» se fit dans l’axe horizontal. L’avantage de ce mouvement horizontal est que l’eau ne se déplace pas vers le bas et que les sédiments du fond ne sont pas remués. Cette technique est plus difficile à mettre en action mais offre une propulsion plus importante. Le plongeur gagne en confort, parce que le corps n’oscille pas vers les côtés. Enfin, cette technique charge moins les jambes, les genoux et les chevilles que d’autres techniques de palmage.

Vidéo

Le plongeur se positionne à l’horizontale, les genoux fléchis à 90°, les jambes dirigées vers le haut. Les palmes restent parallèles au fond . Les genoux et les chevilles sont bien serrés (Les genoux du plongeur peuvent être légèrement écartés, afin qu’il y ait une légère rotation des hanches, et que le mouvement soit plus souple. Mais il vaut mieux éviter de trop écarter les genoux et les jambes, puisque ça ne contribue pas à la propulsion et peut causer une perte d’énergie). Pour maintenir une position stable, le plongeur pourra regarder vers l’avant, sa colonne vertébrale légèrement inclinée, ses hanches poussées vers l’avant et les bras devant le corps.

Ensuite, les palmes s’ouvrent sur les côtés par un mouvement qui part principalement des pieds, le plongeur doit utiliser simplement ses chevilles pour tourner les palmes vers l’extérieur en gardant sa position horizontale (des palmes trop éloignées du corps augmentent le risque de heurter les massifs de corail).

Dans la troisième phase de propulsion, le plongeur redresse ses pointes de pieds de façon à ce que ses palmes se touchent à nouveau, les chevilles se tournent et les jambes se redressent doucement en poussant les palmes légèrement vers le bas.
La difficulté de la phase de propulsion est de réaliser un mouvement lent mais puissant. Des coups de palmes rapides et désordonnés ne donnent pas assez de force, créent un contre-courant pour les jambes, et donnent un sentiment d’inconfort. Pensez à rester en position horizontale. Le dos courbé, les hanches poussées vers l’avant, les bras devant le corps et le regard fixé en avant.

La dernière phase est la plus satisfaisante du palmage grenouille, celle du vol plané. Après la propulsion, les jambes du plongeur sont presque tendues et les genoux sont légèrement remis droits. Les pieds et les palmes sont serrés et la position est aérodynamique pour glisser à travers l’eau. La position doit être maintenue quelques instants afin de profiter au maximum de la propulsion donnée par la poussée. Si les jambes bougent, le glissage est freiné. Avant de ramener les talons vers le haut, de fléchir les chevilles pour vous retrouver à la position de départ, et de recommencer…

Palmage grenouille

3 – Le palmage de recul

Cette technique est presque un mouvement contraire au palmage grenouille et elle est utilisée pour s’éloigner d’un objet ou pour reculer. C’est une technique qui n’est ni facile ni élégante, mais elle est pratique dans plusieurs situations. Les palmes créent leur propulsion pendant la première partie du mouvement, quand les jambes écartées et étendues sont regroupées vers le corps. Les pieds sont poussés en flexion et le mouvement s’arrête au milieu à fin de ne pas avancer à nouveau. Finalement, les jambes retournent délicatement à la position de départ.

Vidéo

4 – Le palmage opposé

Une technique pour reculer plus subtilement, est celle du palmage opposé. Le mouvement n’est pas gracieux, mais elle peut être de grande utilité. La position-clé est de pousser l’eau vers l’avant en utilisant les côtés supérieurs des palmes et de les retourner sans créer beaucoup de résistance. Le mouvement est effectué au niveau des chevilles.
 
 
 
En résumé, savoir palmer, c’est savoir s’adapter à la situation, à son environnement, pour, au final, gagner en efficacité mais surtout en confort : économiser son énergie, et du même coup, rappelons le, son air ! Et si décomposer ses mouvements peut sembler rébarbatif au moment de l’apprentissage, correctement maîtrisés ils deviennent bien vite des automatismes.

 
 
Cet article n’est qu’une base à la discussion et aux échanges sur le palmage. Laissez donc des commentaires pour dire si vous êtes d’accord ou pas avec les conseils et en apporter d’autres.

Bonnes bulles

Share Button
Flux RS Commentaire

Pas de Réponses ()



Le texte HTML est OK

ou, répondre à ce commentaire par le flux rss commentaire.