Nov

10

Entretien matériel Bonjour à tous,

En cette période hivernale, certains vont ranger et hiverner leur matériel, d’autres vont sortir leur combinaison étanche et d’autres vont affronter le froid lors des formations… Voici quelques conseils (qui ne sont que des conseils) pour vérifier simplement l’état de votre matériel. En ce qui concerne le matériel technique, et notamment le détendeur, la bonne solution reste une révision annuelle dans un centre agréé.

1 – Le masque

Avec le temps, la jupe de votre masque va devenir un peu jaune et/ou va perdre un peu de sa transparence, c’est inévitable. Vous ne pouvez rien y faire sauf le laisser le moins possible exposé aux UV et de ne pas le ranger dans les palmes. Le principal conseil nettoyage est applicable après chaque plongée .Nettoyez votre masque après chaque plongée, surtout si la plongée s’est déroulée dans un milieu salé, puis rangez-le dans une boite en plastique. Pensez à bien le sécher pour éviter la condensation et le développement de champignons.

Si vous observez des points noirs à la jonction des vitres et de la jupe, ce sont des champignons. Le traitement : une dose d’alcool à 60% ou de Dakin pour tuer les germes. Les traces ne disparaîtront pas entièrement mais votre masque sera sain.
Vérifiez la sangle qui doit être intacte et les boucles doivent fonctionner librement : tension, relâche, si elles restent coincées, c’est qu’elles ont été mal dessalées. Faites simplement tremper votre masque dans un bain d’eau très chaude, quand l’eau devient manipulable, actionnez la boucle plusieurs fois dans l’eau.
Quelque soit le masque de plongée, l’usure est inévitable, vous devrez donc le changer plusieurs fois dans votre vie de plongeur.

2 – Les palmes

Vérifiez qu’il n’a pas de signes d’usure sur la sangle ou le chausson. Si vous avez des palmes réglables, vérifiez les boucles largables. Si elles restent coincées, c’est qu’elles ont été mal dessalées. Faites simplement tremper votre palme dans un bain d’eau très chaude, quand l’eau devient manipulable, actionnez la boucle plusieurs fois dans l’eau.

3 – La combinaison

Tout ce qui peut arriver à votre vêtement, en dehors d’une déchirure oubliée à la fin de la saison dernière, ce sont des fermetures récalcitrantes. Là encore, le sel y est pour quelque chose, faites tremper dans l’eau douce. Faites sécher votre combinaison à l’envers. Si vous pouvez, hivernez la pendue, cela évitera que le néoprène plisse et se fragilise.
N’oubliez pas que après vos plongées, faire sécher sa combinaison au soleil est la pire des choses !!! Faites la sécher au vent mais pas au soleil, le néoprène n’aime pas les UV. La nuit, attention aux coups de lune, c’est encore plus mauvais que le soleil.
Petite astuce : un petit passage en machine, à froid, sur programme délicat, sans essorage, avec un dose d’adoucissant dans le tambour fait beaucoup de bien aux vêtements de plongée et permet d’éliminer les odeurs des chaussons de plongée ^^
Si votre vêtement est équipé de fermetures à glissières en métal, vous pouvez les frotter avec de la paraffine à confiture, la paraffine reste sur le curseur et ne coule pas. Si vous avez une fermeture étanche T.Zip en nylon, il faut la badigeonner de graisse silicone avec un pinceau, non seulement les mailles et le curseur mais aussi le « chemin » sur lequel se déplace le curseur tout le long de la fermeture.

4 – La stab

Le premier conseil est de bien rincer sa stab après chaque plongée en mer surtout car une fois incrusté sur les coutures, on a du mal à faire partir le sel et ça attaque !! Pendant l’hiver n’hésitez pas à remplir votre stab avec de l’eau claire afin d’éviter que le sel n’attaque les coutures.
Pour cela démontez une purge (attention au ressort) et mettez un peu d’eau dans votre stab. Secouez la et purgez pour éliminer l’eau. Bien sécher la stab, purges démontées pour qu’il ne reste plus d’eau. L’étanchéité des purges est, par exemple, compliquée à vérifier puisque par nature une purge se déclenche au delà d’une certaine pression, donc quand vous appuyez sur votre enveloppe, si vous y allez vraiment fort, vous allez ouvrir vos purges, il n’y a que pendant la plongée que vous verrez si une micro fuite par-ci ou une porosité par-là dégonfle lentement votre gilet. Vous pouvez aussi nettoyer le direct system. Pour cela, il faut le démonter, le nettoyer à l’eau douce et le graisser. En cas de trous dans la stab, évitez de le réparer vous-même avec de la colle. Etre vigilant sur les premiers signes de faiblesse de la stab.

5 – Les détendeurs

Le détendeur sera l’objet de toute votre attention, évidemment. Vous ne pourrez pas contrôler grand chose, mais au moins l’état visuel des flexibles et de l’embout. C’est la partie sur laquelle vous pouvez le moins intervenir. En cas de doute, si votre détendeur à « fusé » de nombreuses fois, si une fuite à été observée en plongée, n’hésitez pas à faire une révision dans un magasin spécialisé. Si vraiment vous avez envie de faire vous même l’entretient du détendeur, démonter son deuxième étanche est assez simple mais attention aux petits joints toriques ils ont tous un rôle bien précis!! En ce qui concerne le premier étage, le démonter c’est une chose, le remonter s’en est une autre….

6 – L’ordinateur de plongée

Le contrôle de votre ordinateur se borne à vérifier l’état de la pile. Pour certaines marques, lorsque la pile est HS, il faut renvoyer l’ordinateur pour faire le changement de pile, l’ordinateur est alors ré-étalonné. Pour d’autres marques, vous pouvez faire le changement de pile vous-même mais l’étalonnage n’est pas fait. Une précision sur l’affichage numérique de l’autonomie résiduelle : les ordinateurs utilisent des piles au Lithium qui sont très stables en tension pendant toute leur durée de vie. Or les affichages d’autonomie sont en général basés sur la chute de tension de la pile. Un ordinateur qui vous affiche 50% après 100 plongées ne fera jamais 200 plongées, donc pensez à changer votre pile avant qu’elle ne vous lâche sous l’eau…
De manière « quotidienne », rincez soigneusement l’ordinateur de plongée à l’eau douce après chaque plongée. Ensuite, essuyez-le de manière à ce que les contacts ne soient pas humides, et pensez à le mettre en OFF sinon l’appareil reste en fonctionnement ce qui réduit la longévité des piles.

7 – Vos sources d’éclairage

Si votre éclairage fonctionne avec des piles, la première chose à faire est d’enlever les piles. Le risque est que les piles coulent, s’oxydent et oxydent tout le compartiment … Si tout va bien, mettez des piles neuves et c’est parti.
Avec des accumulateurs NiCa ou NiMh, vérifiez qu’ils sont totalement vidés avant de les recharger totalement. Pour cela, finissez allumez votre phare dans une bassine d’eau et attendez qu’il se s’éteigne. Ne jamais faire laisser votre phare en marche dans l’air. Que vous ayez une ampoule ou des LED, ça chauffe et la chaleur est transmise à un radiateur qui dissipe la chaleur dans l’eau par l’intermédiaire du corps du phare. Une fois vraiment vide, procédez à une charge complète en profondeur, une nuit complète. Videz le à nouveau et refaites une charge complète. Ces 2 cycles complets doivent permettre de se rapprocher à nouveau de l’autonomie théorique.
Pensez à graisser vos joints toriques qui assurent l’étanchéité. Il arrive que les joints collent après une longue période d’inactivité. Si la lampe prend l’eau, immerger le phare dans de l’eau douce pour éviter que le sel n’attaque les soudures de la carte électronique.

8 – L’oxydation de l’inox ….

L’inox de votre couteau de plongée n’est jamais tout à fait… inoxydable. Pourquoi ? Le cobalt contenu dans le plastique des gaines et du manche des couteaux provoque immanquablement la réaction d’oxydation.
La solution ? Frottez la lame avec un tampon récurant ménager et du WD 40. Et à l’avenir, stockez votre couteau hors de sa gaine.

Cet article n’est qu’une base à la discussion et aux échanges sur l’entretien du matériel. Laissez donc des commentaires pour dire si vous êtes d’accord ou pas avec les conseils et en apporter d’autres.

Bonnes bulles

Share Button
Flux RS Commentaire

Pas de Réponses ()



Le texte HTML est OK

ou, répondre à ce commentaire par le flux rss commentaire.